Skip to main content

Nos projets d’adaptation

au changement climatique dans le Pacifique
© CPS
Nos projets d’adaptation
Nos projets d’adaptation
au changement climatique dans le Pacifique
© CPS
© CPS

PERENNE, Protection et Restauration des Ripisylves de la Néra

 Nouvelle-Calédonie
PERENNE, Protection et Restauration des Ripisylves de la Néra
Rive de la Néra subissant d’importants phénomènes d’érosion
WWF Antenne Nouvelle-Calédonie et Initiative Kiwa


Actualités du projet


Premier chantier écocitoyen à Bourail - Nouvelle-Calédonie

1 juillet 2023

Premier chantier écocitoyen à Bourail - Nouvelle-Calédonie

@ WWF Antenne Nouvelle-Calédonie et Initiative Kiwa

Ce samedi 1er juillet, un chantier éco-citoyen à Bourail en Nouvelle-Calédonie a permis de planter les 870 premiers arbres sur les rives de la Néra. Plus de 15 000 arbres supplémentaires suivront au cours des 2 prochaines années.

Ce chantier de plantation contribue à développer au niveau de la zone sensible du bassin versant de la Néra (Bourail), des écosystèmes côtiers et des bassins versants plus résilients face aux pressions globales du changement climatique. Ce qui permet de préserver l'accès aux ressources naturelles, contribuer à la sécurité alimentaire et maintenir l'activité des Calédoniens qui en dépendent (pêcheurs, agriculteurs, communautés environnantes,...).


Bravo à tous les participants pour cette première plantation au bénéfice des Hommes et de la Nature !

 

Une pépinière a été offerte aux collèges de Bourail pour les remercier de leur contribution au cours de l'année 2023

22 décembre 2023

Une pépinière a été offerte aux collèges de Bourail pour les remercier de leur contribution au cours de l'année 2023

@ WWF NC @CIE

Cette année 2023, les élèves des collèges Sacré Cœur et Louis Léopold Djet de Bourail ont contribué à différents projets en collaboration avec le projet PERENNE sur le thème de la ripisylve:

- Favoriser la formation végétale de bord de rivière,
- Élaboration de supports explicatifs sur la ripisylve,
- Participation à la Fête de la Science.

Une pépinière a été offerte aux collèges de Bourail pour les remercier de leur contribution au cours de l'année 2023 !

  • Nom du projet :
    PERENNE, Protection et Restauration des Ripisylves de la Néra
  • Coordinateur du projet :
    WWF-France en Nouvelle-Calédonie
  • Démarrage du projet :
    Mai 2023
  • Fin estimée du projet :
    Avril 2025
  • Montant du financement :
    299.986 € (avec d'autres cofinancements)
  • Porteur de projet :
    ONG internationale
  • Types de SfN :
     Restauration / Réhabilitation d’écosystèmes terrestres, côtiers et marins - Préservation d’écosystèmes agricoles et forestiers fonctionnels
  • Co-bénéfices :
    Sécurité alimentaire -  Résilience socio-économique - Réduction des risques -  Conservation de la biodiversité

Ce projet met en lumière un écosystème très peu considéré, la forêt rivulaire, qui joue un rôle clef pour la biodiversité et pour l’Homme. Elle est le lien entre les forêts de la chaîne et les forêts côtières, et contribue à la vitalité écologique des écosystèmes terrestres. La forêt rivulaire joue également un rôle majeur pour la santé des cours d’eau et des récifs coralliens, tout en préservant de l’érosion les terres agricoles adjacentes. Dans le contexte de changement climatique et les dérèglements hydrologiques associés, la ripisylve va devenir un partenaire clé de la résilience de notre territoire insulaire du Pacifique Sud.

PERENNE vise à permettre la réduction de l’érosion des sols de plaine agricole en ciblant la mise en œuvre d’une SFN éprouvée - la protection et la restauration forestière de berge - mais quasiment pas utilisée en Nouvelle-Calédonie, sur la zone particulièrement touchée par cette problématique : le bassin versant de la Néra (Bourail) et les récifs coralliens attenant de la Zone Côtière Ouest.

L’objectif final du projet ?

L’objectif général de PERENNE est d'avoir d’ici 2030, des écosystèmes côtiers et des bassins versants plus résilients face aux pressions globales du changement climatique, grâce à une protection renforcée et une restauration massive des ripisylves, permettant de limiter les phénomènes érosifs, et ainsi les multiples impacts écologiques et sociétaux en résultant. L'action est déclinée en 3 objectifs principaux:

  • Objectif 1 : CONNAÎTRE : Acquérir les connaissances nécessaires à l’optimisation de l’effort de protection et de restauration de la ripisylve dans le bassin versant de la Néra, et au-delà, en Nouvelle Calédonie.
  • Objectif 2 : RESTAURER : Mener des chantiers ciblés, ambitieux et démonstratifs de protection et de restauration de la ripisylve de la Néra pour engager et démontrer la faisabilité de la mise en oeuvre de cette SFN en Nouvelle-Calédonie.
  • Objectif 3 : PROMOUVOIR : Promouvoir les actions de protection et restauration de la ripisylve et ses bénéfices pour la biodiversité et le bien-être humain, afin de mobiliser les principales parties-prenantes de la Néra et de Nouvelle-Calédonie.

Inégalités des genres

Les femmes auront un rôle important dans la production des plants nécessaires aux chantier de restauration, les femmes de la tribu de Gohapin assureront 50% de cette mission. Elles auront également la responsabilité d’accueillir les femmes et jeunes de tribus de la Zone Côtière Ouest pour partager leurs 15 années d’expérience de pépiniéristes.

Plus généralement, le WWF porte une attention particulière à l’égalité des genres, pour laquelle nous nous référons à nos valeurs internationales : https://consultation.panda.org/fr/documents_par_themes/egalite_des_sexes

L’obstacle classique à éliminer pour la participation des femmes est la dimension physique des activités du projet qui peut, souvent à tort, écarter les femmes. En faisant le choix de l’activité de production de plants, qui est une activité qui favorise traditionnellement les femmes en Nouvelle-Calédonie, nous contournons cet obstacle et nous confions plus de la moitié de la production de plants du projet à une association strictement féminine, We Ereteu. Pour ce qui est de l’activité de plantation, nous inviterons à la mixité via d’une part, des supports visuels de promotion des chantiers grands publics qui incluront des filles ou des femmes, et d’autre part, l’inclusion d’une exigence de mixité dans les appels à prestation pour les chantiers professionnels (au-delà d’être dirigés aux bénéfices des jeunes des tribus).

L’attention portée aux femmes se traduira également auprès :

  • des familles d’agriculteurs de Bourail (via un recensement préalable des femmes agricultrices et des invitations adressées aux 2 personnes dans les couples d’agriculteurs) ;
  • des jeunes alternants en formation à la CAP-NC mobilisés sur les chantiers éco-citoyens (via un message de mobilisation des filles comme des garçons) ;
  • des jeunes du Foyer de Néméara mobilisés sur les plantations (par non éviction de jeunes femmes, sachant que les jeunes délinquants sont plutôt masculins) ;
  • des scolaires (via un message de mobilisation auprès des filles comme des garçons).

Info+

L’expertise de restauration forestière s’est construite en Nouvelle Calédonie tout d’abord sur les maquis miniers depuis près de 50 ans, puis depuis une vingtaine d’année sur les forêts sèches et les forêts humides. Mais les formations forestières rivulaires n’ont jamais fait l’objet de programme spécifique de restauration. Aujourd’hui très souvent limitées à un étroit cordon forestier le long des cours d’eau de la côte ouest, elles jouent pourtant un rôle clé pour la nature et pour l’Homme.

Souvent le dernier espace forestier des propriétés agricoles, elles assurent le lien écologique entre les différentes forêts du paysage, des forêts de la chaîne jusqu’aux mangroves en favorisant la circulation des animaux et des semences des plantes. Elles offrent aux animaux de la rivière des eaux ombragées plus fraîches et donc mieux oxygénées, des abris et zones de nurseries dans leurs racines et branchages immergés, et de la nourriture avec les insectes qui tombent à l’eau. Et, service crucial pour l’agriculteur, elles réduisent fortement le risque d’érosion des terres agricoles grâce à la protection des berges et grâce au ralentissement de l’eau des crues rentrant dans les parcelles grâce à leur végétation aérienne.

Dans ce contexte de changement climatique avéré et au vu des services qu’il rend, cet espace foncier réservé à la ripisylve n’est donc pas un espace perdu pour l’agriculture mais au contraire, un espace qui protège les pâturages et les cultures. En maintenant la terre agricole dans nos champs, la ripisylve contribue doublement à notre autosuffisance alimentaire, par les productions agricoles et par les ressources lagonaires préservées.

Projet expérimental, PERENNE veut ainsi montrer la voie d’une relation gagnant-gagnant entre le monde agricole, l’arbre natif et le récif corallien!

Nos lettres d'informations

Notre lettre d'information

Abonnez-vous à notre lettre d’information pour rejoindre la communauté Kiwa et suivre nos dernières actualités (à partager sans modération !).
L'Initiative est financée par :
 
En partenariat avec :
 
 
Initiative Kiwa
 Adresse
1, rue de Barleux - BP J1 - Nouméa 98849 - Nouvelle-Calédonie - Tél. : +687 24 24 33

 Formulaire de contact
Vous devez saisir votre nom, SVP.
Vous devez saisir un email valide, SVP.
Vous devez saisir un message, SVP.

Je consens à ce que ce site collecte mes coordonnées via ce formulaire à des fins de traitement.

Vous devez approuver l'utilisation des données personnelles envoyées dans ce formulaire, SVP.

Ce site internet a été réalisé avec le soutien financier de l'Union européenne (UE), l'Agence Française de Développement (AFD), les Affaires Mondiales Canada (GAC), le Ministère des Affaires Étrangères et du Commerce Extérieur d’Australie (DFAT) et le Ministère des Affaires Étrangères et du Commerce de la Nouvelle-Zélande (MFAT). Son contenu relève de la seule responsabilité de l'AFD et ne reflète pas nécessairement les opinions des bailleurs de fonds.

Tous droits réservés 2024 - Initiative Kiwa - Mentions légales - Politique de confidentialité
Conception : Strategic | Réalisation : PAO Production