Skip to main content

Nos projets d’adaptation

au changement climatique dans le Pacifique
© CPS
Nos projets d’adaptation
Nos projets d’adaptation
au changement climatique dans le Pacifique
© CPS
© CPS

INSPIRE, Gestion des espèces envahissantes pour des écosystèmes résilients

 Fidji | Palaos | Polynésie française | Samoa
INSPIRE, Gestion des espèces envahissantes pour des écosystèmes résilients
Projet Régional
Lac Tegano, site inscrit au patrimoine mondial de l'humanité
BirdLife International


Actualités du projet


Offres d'emploi avec le projet régional de Kiwa, #INSPIRE !

19 octobre 2023

Offres d'emploi avec le projet régional de Kiwa, #INSPIRE !

@ Initiative Kiwa

Le projet régional de l'Initiative Kiwa #INSPIRE est à la recherche de professionnels dynamiques pour rejoindre l'équipe à Suva, Fidji.

Voici les postes disponibles :
- Chef de projet : vous avez une âme de leader et aimez engager les équipes ? Découvrez-en plus et postulez ici : https://lnkd.in/gDnNJEBb

- Coordinateur du développement des capacités : vous avez un don pour donner de l'autonomie aux équipes et renforcer les capacités ? En savoir plus et postuler ici : https://lnkd.in/gUn5i6fk

- Coordinateur du suivi, de l'évaluation et de l'apprentissage (MEL) du PIRP : vous avez le sens du détail et souhaitez mesurer l'impact des projets ? Retrouvez tous les détails et postulez ici : https://lnkd.in/gjn8fYqb

📆 Date limite de dépôt des candidatures : 24 octobre 2023.
Ne manquez pas ces opportunités de faire partie d'un projet SfN significatif !

  • Nom du projet :
    INSPIRE
  • Coordinateur du projet :
    BirdLife International
  • Démarrage du projet :
    Mai 2023
  • Fin estimée du projet :
    Mai 2026
  • Montant du financement :
    € 5 millions (3,5 million d'euros financés par l'Initiative Kiwa, 1,5 millions d'euros en co-financement)
  • Types de SfN :
    Gestion / Protection des écosystèmes terrestres, côtiers et marins -  Restauration / Réhabilitation d’écosystèmes terrestres, côtiers et marins
  • Co-bénéfices :
    Sécurité alimentaire - Santé humaine -  Résilience socio-économique -  Réduction des espèces exotiques envahissantes -  Conservation de la biodiversité

Les îles souffrent de manière disproportionnée de la présence des espèces envahissantes qui ont entraîné entre la moitié et les deux tiers de toutes les extinctions d’espèces. L’éradication, la suppression et la prévention des espèces envahissantes en tant que Solution Fondée sur la Nature protègent et régénèrent la biodiversité et rétablissent les services écosystémiques, tout en améliorant les moyens de subsistance des communautés locales grâce à un meilleur accès à la nourriture et aux ressources naturelles, à l’amélioration de la santé et du bien-être, et à de meilleures possibilités de développement économique.

Le projet Kiwa INSPIRE établira des liens entre la gestion des espèces envahissantes et d’autres menaces sur cinq sites clés aux Fidji, en Polynésie française, à Palau et aux îles Samoas grâce à un nouveau réseau régional d’apprentissage de la résilience des écosystèmes. Ce faisant, il comblera la fracture spatiale grâce à l’apprentissage de pair-à-pair entre les pays océaniens et les communautés locales, et mettra en place un renforcement des capacités plus solide et plus efficace afin d’améliorer la résilience régionale aux effets du changement climatique. En outre, le projet soutiendra l’élaboration d’une politique efficace en matière de Solutions Fondées sur la Nature dans la région océanienne et influera sur les politiques relatives à ces solutions et leur mise en œuvre à l’échelle internationale.

Les espèces envahissantes constituent une menace majeure pour la biodiversité marine et terrestre et pour les moyens de subsistance des communautés océaniennes. À ce jour, plus de 1 500 espèces des îles océaniennes (dont beaucoup sont des espèces en danger, endémiques d’une seule île) sont menacées par des espèces envahissantes. La présence des espèces envahissantes a également un effet direct sur l’agriculture de subsistance et l’agriculture commerciale, la foresterie et les infrastructures, en plus d’avoir un effet indirect sur les services et fonctions écosystémiques sous-jacents et sur les pratiques culturelles des communautés. Ces répercussions continueront d’être exacerbées par le changement climatique, affectant la résilience des écosystèmes, de la biodiversité et des communautés.

Les répercussions les plus importantes des espèces envahissantes sur les écosystèmes insulaires sont leurs effets négatifs cumulatifs, et souvent synergiques, sur la résilience des écosystèmes, conduisant souvent à l’extinction de plusieurs espèces et à l’« effondrement de l’écosystème » lui-même. Cela induit également des conséquences socio-économiques associées, notamment une diminution de la sécurité, une réduction des possibilités de génération de revenus en raison des effets négatifs sur les services écosystémiques, la pollution de l’approvisionnement en eau et des plantes, la consommation et la contamination des cultures vivrières, la transmission de maladies animales et humaines, parmi d’autres.

Il est avéré que les liens entre les espèces envahissantes et le changement climatique sont importants et de plus en plus nombreux. La Pacific Invasives Initiative a conclu que : « Une partie essentielle de l’adaptation des îles océaniennes au changement climatique consistera à réduire les pressions exercées sur les écosystèmes, telles que celles causées par les espèces envahissantes. L’adaptation au changement climatique nécessite des efforts accrus pour empêcher les nouvelles invasions et pour éradiquer ou contrôler les espèces envahissantes présentes. »

Les communautés locales situées sur les cinq sites du projet ont déjà fait part à notre partenaire national BirdLife International de leurs préoccupations concernant les effets des espèces envahissantes et du changement climatique sur leurs moyens de subsistance. Il n’a jamais été aussi urgent de s’attaquer à ce problème croissant dans le Pacifique.

L’objectif final du projet ?

L’objectif du porjet de l'Initiative Kiwa INSPIRE est de renforcer et intégrer la gestion des espèces envahissantes pour l’adaptation au changement climatique sur les sites à forte biodiversité prioritaires dans le Pacifique (en particulier aux îles Samoas, à Palau, à Fidji et en Polynésie française). Le projet sera mis en œuvre à travers trois composantes opérationnelles :

1) Mise en œuvre – Mise en place d’équipes de projet et mobilisation des parties prenantes locales pour la gestion de la biosécurité et des espèces envahissantes sur les sites sélectionnés.

2) Apprentissage – Mise en place de réseaux nationaux et régionaux d’apprentissage entre pairs pour la résilience des écosystèmes insulaires grâce à la gestion des espèces envahissantes.

3) Influence – Influence sur l’élaboration de stratégies, politiques et perspectives locales, nationales et régionales clés afin d’intégrer la gestion des espèces exotiques envahissantes dans des Solutions Fondées sur la Nature.

Inégalités des genres

BirdLife s’engage à soutenir et à promouvoir le respect des droits humains dans le cadre de ses programmes de conservation. Nos partenaires de projet sont bien au fait des inégalités sociales au sein de leurs communautés respectives et mènent déjà de nombreux projets qui intègrent ou traitent spécifiquement les questions liées au genre dans la gestion des ressources naturelles. Notre approche permet à nos partenaires de projet et aux personnes qui vivent dans ces communautés de fixer leurs propres priorités en fonction des problèmes considérés comme les plus urgents.

Pour comprendre les défis liés au genre sur chaque site, une analyse différenciée selon le genre sera effectuée au début du projet afin de comprendre les différents rôles des femmes et des hommes et d’examiner leurs implications pour la conservation et la gestion des ressources naturelles sur les cinq sites du projet. Nous utiliserons ces informations pour dialoguer et établir des relations avec des organisations locales qui se concentrent sur l’autonomisation des femmes, l’intersectionnalité des questions liées au genre ainsi que les handicaps sociaux, afin de mieux clarifier les questions liées au genre et collaborer au renforcement des composantes de genre et d’inclusion sociale dans les activités existantes du projet.

 

Info+

Les communautés et peuples océaniens, qui dépendent fortement de ressources naturelles limitées pour la sécurité alimentaire, les moyens de subsistance et les traditions culturelles (plantes médicinales et aliments sauvages), sont particulièrement vulnérables aux événements climatiques majeurs. La pression supplémentaire exercée sur ces ressources naturelles s’ajoute à des pratiques environnementales (déjà) non durables et à d’autres perturbations sociales, notamment celles associées à l’augmentation des migrations urbaines, les populations étant à la recherche d’autres sources de revenus. La résilience des îles océaniennes au changement climatique est compromise par les espèces exotiques envahissantes, qui modifient la structure et la composition des écosystèmes indigènes et agricoles, ont un effet négatif sur la production alimentaire, réduisent les possibilités de développement économique par le commerce et imposent des charges sanitaires supplémentaires aux gouvernements et aux communautés insulaires.

Les écosystèmes diversifiés sont davantage prédisposés à résister aux effets du changement climatique, tels que l’augmentation des catastrophes naturelles et des épidémies, que les écosystèmes modifiés, plus simples et dominés par un nombre réduit d’espèces. En amoindrissant la complexité et la diversité des écosystèmes, les espèces envahissantes amplifient les effets du changement climatique sur les écosystèmes naturels et agricoles. Le changement climatique aura ainsi des incidences directes et secondaires qui faciliteront l’introduction, l’établissement et/ou la propagation d’espèces envahissantes, augmentant la vulnérabilité des écosystèmes à d’autres facteurs de stress liés au climat et réduisant leur potentiel de piégeage des gaz à effet de serre.

Grâce à l’amélioration de la gestion des espèces exotiques envahissantes, à la restauration des habitats et à la mise en œuvre de pratiques de gestion durable de l’utilisation des terres, le projet contribuera à rendre les écosystèmes plus résistants au changement climatique. Il ne fait aucun doute qu’une biodiversité saine est la clé de la lutte contre le changement climatique, en particulier dans les nations insulaires dont les moyens de subsistance et la culture sont si intrinsèquement liés à la nature. Les traditions et le patrimoine culturel océaniens sont façonnés par l’interaction entre les humains et la nature – une biodiversité saine garantira la protection de ces valeurs et de ces normes maintenues par les générations passées.

Nos lettres d'informations

Notre lettre d'information

Abonnez-vous à notre lettre d’information pour rejoindre la communauté Kiwa et suivre nos dernières actualités (à partager sans modération !).
L'Initiative est financée par :
 
En partenariat avec :
 
 
Initiative Kiwa
 Adresse
1, rue de Barleux - BP J1 - Nouméa 98849 - Nouvelle-Calédonie - Tél. : +687 24 24 33

 Formulaire de contact
Vous devez saisir votre nom, SVP.
Vous devez saisir un email valide, SVP.
Vous devez saisir un message, SVP.

Je consens à ce que ce site collecte mes coordonnées via ce formulaire à des fins de traitement.

Vous devez approuver l'utilisation des données personnelles envoyées dans ce formulaire, SVP.

Ce site internet a été réalisé avec le soutien financier de l'Union européenne (UE), l'Agence Française de Développement (AFD), les Affaires Mondiales Canada (GAC), le Ministère des Affaires Étrangères et du Commerce Extérieur d’Australie (DFAT) et le Ministère des Affaires Étrangères et du Commerce de la Nouvelle-Zélande (MFAT). Son contenu relève de la seule responsabilité de l'AFD et ne reflète pas nécessairement les opinions des bailleurs de fonds.

Tous droits réservés 2024 - Initiative Kiwa - Mentions légales - Politique de confidentialité
Conception : Strategic | Réalisation : PAO Production